Valère - Orgue du 15ème (détail du buffet)Châteaux de Valère et TourbillonChâteau de TourbillonChoeur de la basilique de Valère - Détail de la voûteMaison Supersaxo - PlafondFêtes médiévalesValère - Détail de la voûte du choeurChapelle de Tous-les-SaintsValère et Tourbillon au crépusculeSion en hiver by nightSion ville en fleursSion en hiverValère et Tourbillon - Vieille-villeSion ville en fêteChâteau de TourbillonChâteau de TourbillonValère - Adoration des Mages (détail)Valère et TourbillonValère - Détail d'un chapiteau
Dimanche 13.05.2018

Ensemble Pícaro

Marco Amherd, direction
The Passions. An Ode for Music
(William Hayes – 18ème siècle)


Eglise Saint-Théodule , Sion – 17h

Ensemble Pícaro


L’ensemble est né en 2013 d’un projet conduit par le claveciniste Matias Lanz, la violoncelliste Magdalena Dür, la violoniste Stephanie Haensler et la soprano Stephanie Pfeffer. Déjà lors des premières répétitions, il apparut que le fonctionnement du groupe serait optimal, tant du point de vue humain que de celui des conceptions artistiques défendues. La violoniste Daphné Schneider et l’organiste et chef d’orchestre Marco Amherd vinrent ensuite compléter l’ensemble.

Le premier concert donné par Pícaro proposait un choix d’œuvres de musique de chambre du grand compositeur allemand Dietrich Buxtehude et remporta un succès remarquable. Il fut rapidement suivi de nouvelles prestations, notamment dans le cadre des Pfingstkonzertreihe au cloître de Fahr avec des oeuvres de Vivaldi, Porpora et Haendel.

Peu après naquit une collaboration avec le tromboniste néerlandais Guy Hanssen, membre de l’Orchestre des Champs Elysées, avec de la musique jouée à la Cour des Habsbourg. Pour ce concert en particulier, des recherches menées à la Wiener Nationalbibliothek conduisirent à la réédition d’œuvres de Georg Reuter et de Johann Fux.

Un autre point essentiel des activités de l’ensemble est celui de l’exploration des liens existant entre la musique dite «ancienne» et la musique contemporaine. C’est ainsi que l’œuvre Membra Jesu Nostri de Buxtehude a été combinée avec les Intermedien de Burkhard Kinzler (* 1963), qui proposent des transitions contemporaines à insérer entre les mouvements baroques de Buxtehude. Le succès de ce programme fut tel que l’Ensemble Pícaro passa commande d’une œuvre nouvelle à Burkhard Kinzler : intitulée Omnia Tempus Habent, elle complète le Requiem en fa mineur d‘Ignaz Franz Biber d’une manière très respectueuse (la première de cette oeuvre fut donnée en octobre 2016 à Winterthour).

Récemment, l’Ensemble Pícaro a proposé un programme allemand autour de la musique jouée à Leipzig avant Johann Sebastian Bach. En automne 2017, il présentera par ailleurs un nouveau programme (I sestrieri sonanti) articulé autour d‘oeuvres de compositeurs vénitiens comme Antonio Caldara, Antonio Vivaldi, Marco Ferro et Dario Castello.


www.ensemblepicaro.com

The Passions. An Ode for Music


Cette œuvre a été redécouverte, rééditée et rejouée pour la première fois par des professeurs et des scientifiques de la Schola Cantorum Basiliensis en 2008, sous l’égide du réputé professeur Anthony Rooley.

Au printemps 2018, l’ensemble Pícaro, conduit par le musicien valaisan Marco Amherd, reprendra cet ouvrage unique qui rappelle les oratorios de Haendel dans sa sonorité et présente les différents tempéraments de façon très spectaculaire.

Coïncidant avec un moment unique du Siècle des Lumières (exactement à son apogée, le 6 juillet 1750), eut lieu à Oxford, à l’occasion d’une célébration universitaire, la création d’une composition de William Hayes basée sur un texte humaniste bien connu – The Passions, An Ode for Music – rédigé en 1746 par William Collins.

L’étude détaillée des passions et des sentiments était alors un thème omniprésent dans le monde de la science et des arts. Sur cette toile de fond, la poésie de Collins et la musique de Hayes se mêlent en créant une œuvre surprenante qui révèle une connaissance profonde de la nature humaine, riche en références philosophiques et dotée d’un sens de l’humour, fin et... britannique ! Le résultat est un « oratorio dramatique » d’une qualité musicale extrême, combinant le langage de la fin du baroque avec des éléments du style galant et permettant même de percevoir la venue du classicisme. Dans une série de mini-scènes toujours surprenantes et innovantes, dix passions (entre autres, la Peur, la Vengeance, la Mélancolie, l’Espérance et la Gaîté) se livrent à des disputes théâtrales.

Certaines encyclopédies mentionnent que "le style musical de Hayes est fortement orienté vers George Frierdrich Handel". Cela n'est certainement pas fondamentalement faux, mais peut facilement conduire à des malentendus. L’originalité de la musique de Haendel a été pour l’essentiel l’adaptation du style de composition au goût musical du public. Ce principe a été repris par William Hayes. Si on tient compte de cela, sa musique ne ressemble qu’a priori aux compositions de Haendel. William Hayes est un enfant de son temps et les innovations musicales de la période Rococo et de la musique préclassique sont clairement perceptibles. Dans ses œuvres, la notation polyphonique baroque se retrouve juste à côté de phrases qui rappellent plus le style galant (empfindsamer Stil).

Grâce à son prestigieux poste à l'Université d'Oxford, William Hayes ne dépendait financièrement pas de la composition. C'est la raison pour laquelle il pouvait se permettre de soumettre ses œuvres à un processus de production inhabituellement long. L'achèvement des odes The Passions et The Fall of Jericho, par exemple, a duré des mois ou parfois des années. Et même après les premières représentations, il a encore apporté quelques changements dans la partition.


www.ensemblepicaro.com


Ensemble Pícaro

L’ensemble est né en 2013 d’un projet conduit par le claveciniste Matias Lanz, la violoncelliste Magdalena Dür, la violoniste Stephanie Haensler et la soprano Stephanie Pfeffer. Déjà lors des premières répétitions, il apparut que le fonctionnement du groupe serait optimal, tant du point de vue humain que de celui des conceptions artistiques défendues. La violoniste Daphné Schneider et l’organiste et chef d’orchestre Marco Amherd vinrent ensuite compléter l’ensemble.

Le premier concert donné par Pícaro proposait un choix d’œuvres de musique de chambre du grand compositeur allemand Dietrich Buxtehude et remporta un succès remarquable. Il fut rapidement suivi de nouvelles prestations, notamment dans le cadre des Pfingstkonzertreihe au cloître de Fahr avec des oeuvres de Vivaldi, Porpora et Haendel.

Peu après naquit une collaboration avec le tromboniste néerlandais Guy Hanssen, membre de l’Orchestre des Champs Elysées, avec de la musique jouée à la Cour des Habsbourg. Pour ce concert en particulier, des recherches menées à la Wiener Nationalbibliothek conduisirent à la réédition d’œuvres de Georg Reuter et de Johann Fux.

Un autre point essentiel des activités de l’ensemble est celui de l’exploration des liens existant entre la musique dite «ancienne» et la musique contemporaine. C’est ainsi que l’œuvre Membra Jesu Nostri de Buxtehude a été combinée avec les Intermedien de Burkhard Kinzler (* 1963), qui proposent des transitions contemporaines à insérer entre les mouvements baroques de Buxtehude. Le succès de ce programme fut tel que l’Ensemble Pícaro passa commande d’une œuvre nouvelle à Burkhard Kinzler : intitulée Omnia Tempus Habent, elle complète le Requiem en fa mineur d‘Ignaz Franz Biber d’une manière très respectueuse (la première de cette oeuvre fut donnée en octobre 2016 à Winterthour).

Récemment, l’Ensemble Pícaro a proposé un programme allemand autour de la musique jouée à Leipzig avant Johann Sebastian Bach. En automne 2017, il présentera par ailleurs un nouveau programme (I sestrieri sonanti) articulé autour d‘oeuvres de compositeurs vénitiens comme Antonio Caldara, Antonio Vivaldi, Marco Ferro et Dario Castello.

The Passions. An Ode for Music

Cette œuvre a été redécouverte, rééditée et rejouée pour la première fois par des professeurs et des scientifiques de la Schola Cantorum Basiliensis en 2008, sous l’égide du réputé professeur Anthony Rooley.

Au printemps 2018, l’ensemble Pícaro, conduit par le musicien valaisan Marco Amherd, reprendra cet ouvrage unique qui rappelle les oratorios de Haendel dans sa sonorité et présente les différents tempéraments de façon très spectaculaire.

Coïncidant avec un moment unique du Siècle des Lumières (exactement à son apogée, le 6 juillet 1750), eut lieu à Oxford, à l’occasion d’une célébration universitaire, la création d’une composition de William Hayes basée sur un texte humaniste bien connu – The Passions, An Ode for Music – rédigé en 1746 par William Collins.

L’étude détaillée des passions et des sentiments était alors un thème omniprésent dans le monde de la science et des arts. Sur cette toile de fond, la poésie de Collins et la musique de Hayes se mêlent en créant une œuvre surprenante qui révèle une connaissance profonde de la nature humaine, riche en références philosophiques et dotée d’un sens de l’humour, fin et... britannique ! Le résultat est un « oratorio dramatique » d’une qualité musicale extrême, combinant le langage de la fin du baroque avec des éléments du style galant et permettant même de percevoir la venue du classicisme. Dans une série de mini-scènes toujours surprenantes et innovantes, dix passions (entre autres, la Peur, la Vengeance, la Mélancolie, l’Espérance et la Gaîté) se livrent à des disputes théâtrales.

Certaines encyclopédies mentionnent que "le style musical de Hayes est fortement orienté vers George Frierdrich Handel". Cela n'est certainement pas fondamentalement faux, mais peut facilement conduire à des malentendus. L’originalité de la musique de Haendel a été pour l’essentiel l’adaptation du style de composition au goût musical du public. Ce principe a été repris par William Hayes. Si on tient compte de cela, sa musique ne ressemble qu’a priori aux compositions de Haendel. William Hayes est un enfant de son temps et les innovations musicales de la période Rococo et de la musique préclassique sont clairement perceptibles. Dans ses œuvres, la notation polyphonique baroque se retrouve juste à côté de phrases qui rappellent plus le style galant (empfindsamer Stil).

Grâce à son prestigieux poste à l'Université d'Oxford, William Hayes ne dépendait financièrement pas de la composition. C'est la raison pour laquelle il pouvait se permettre de soumettre ses œuvres à un processus de production inhabituellement long. L'achèvement des odes The Passions et The Fall of Jericho, par exemple, a duré des mois ou parfois des années. Et même après les premières représentations, il a encore apporté quelques changements dans la partition.