Amandine Beyer, violon & Ensemble Gli Incogniti

Concert du dimanche 7 novembre 2021

Œuvres diverses d’Antonio Vivaldi

Il Mondo al Rovescio (Le Monde à l’envers)

Vivaldi – Le Monde à l’envers

La mythologie grecque attribue à Protée, divinité marine veillant sur les troupeaux de Poséidon, la faculté de se métamorphoser à l’envi. Son corps souple se prête à toutes les mutations. C’est ce patronage singulier que Vivaldi (ou l’un de ses premiers interprètes) attribue– sous forme de plaisanterie – au concerto pour violon et violoncelle RV 544 : il Proteo, o sia il mondo a rovescio. C’est-à-dire, « le monde à l’envers ».

Car ce double concerto, s’il sonne bien à nos oreilles, aussi harmonieux et inventif qu’un concerto de Vivaldi se peut imaginer, pose pourtant quelques problèmes préalables à ses interprètes. La partition originelle propose en effet deux voix de solistes : l’une de violon et l’autre de violoncelle. Or, la partie de violoncelle est écrite en clef de sol, et celle de violon en clef d’ut. Autrement dit, chaque instrumentiste est invité à lire dans la clef traditionnellement attribuée à son collègue, et à octavier, qui plus haut, qui plus bas. « Le violon peut jouer les parties de violoncelle et vice-versa », est-il précisé.

Ainsi fonctionne le monde à l’envers de Vivaldi. Tout est équilibré, précis et lumineux – mais nous sommes invités à écouter avec une attention redoublée ; car sous ces dehors évidents, rien n’est ce qu’il semble être. C’est le masque « fantasque » du Prete rosso qu’ont choisi de suivre Gli Incogniti : « des instruments qui s’échangent leurs parties, des solistes qui se dédoublent, du grave qui devient aigu, des formes qui débordent, des motifs qui s’obstinent, des fugues dans des concertos, des allegros qui rêvent, des adagios qui dansent… On ne sait plus où donner de la tête ! », écrit la violoniste et cheffe Amandine Beyer.

Car le concerto de soliste, au temps de Vivaldi, existe depuis plusieurs décennies et répond à une structure bien établie : trois mouvements d’une durée quasiment identique – vif, lent, vif – y alternent. Ce cadre, connu des auditeurs et donc attendu, permet à l’ingénieux compositeur tous les jeux, toutes les surprises. Et il ne s’en privera pas !

C’est donc un Vivaldi particulièrement imaginatif, ludique – voire joueur – que convient Amandine Beyer et ses camarades tout au long de ce programme. Peut-être est-il temps de réévaluer la stupéfiante vitalité de l’œuvre vivaldienne, digne représentante de son époque bouillonnante et théâtrale. Le temps d’un concert, tout sera étincelant, mais sens-dessus-dessous.

Et après tout, Venise n’est-elle pas, aujourd’hui encore, la ville du Carnaval ?

Amandine Beyer, violon et direction

Depuis quelques années Amandine Beyer s’est imposée comme une référence dans l’interprétation du répertoire baroque pour violon.

Son enregistrement des Sonates et Partitas de Johann Sebastian Bach a renouvelé la vision de ce corpus et a été acclamé par la critique (Diapason d’or de l’année, Choc Classica de l’année, Editor’s choice de Gramophone, Prix Académie Charles Crox, Excepcional de Scherzo, etc.). Son travail sur ces œuvres a notamment été marqué avec le spectacle Partita 2, écrit et dansé par Anne Teresa de Keermaeker et Boris Charmatz, et donné partout dans le monde.

Programmée dans les plus prestigieuses salles de concert internationales (Théâtre de la Ville, Théâtre du Châtelet, Bozar, Festival de Sablé, Innsbruck Festwochen, Konzerthaus de Vienne, etc.), Amandine Beyer partage son activité musicale entre les différents groupes auxquels elle participe (Les Cornets Noirs, les duos avec Pierre Hantaï, Kristian Bezuidenhout, Laurence Beyer) et son propre ensemble Gli Incogniti avec lequel elle a réalisé plusieurs enregistrements (Les Apothéoses de François Couperin, l’intégrale des Concerti Grossi de Corelli, Les Quatre Saisons de Vivaldi ou un programme dédié à Nicola Matteis) qui ont tous obtenu des critiques enthousiastes.

Son autre passion est l’enseignement : elle a longtemps donné des cours à la ESMAE de Porto (Portugal), ainsi que de nombreuses master classes dans le monde entier (France, Brésil, Taïwan, USA, Canada, Italie). Depuis 2010, elle est professeur de violon baroque à la fameuse Schola Cantorum Basiliensis (Suisse).